Mercredi 19 février 2014 3 19 /02 /Fév /2014 11:16

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Crédit Agricole 4° trimestre 2013

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 février 2014 5 14 /02 /Fév /2014 09:43

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : France / USA : 30 ans de socialisme ! 2013

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, France

 

1983-2013 : 30 ans de socialisme en France !

Voilà le résultat, actualisé après la publication des chiffres de la croissance aux Etats-Unis et en France au 4° trimestre 2013 :

Document 1 :

Ce graphique s’interprète de la façon suivante : sur la base d’un indice 100 du PIB réel au 1° trimestre 1983, les Américains ont atteint un indice 243 au 4° trimestre 2013, ce qui signifie qu’ils créent maintenant 143 % de valeur supplémentaire (en un trimestre par exemple) par rapport à ce qu’ils produisaient quand la politique des Reaganomics a commencé à produire ses effets positifs, c’est-à-dire à partir de 1983, alors qu’à l’inverse, les Français n’auront produit que 69 % de valeur supplémentaire par rapport à ce qu’ils produisaient quand la politique socialiste de François 1° a commencé à produire ses effets négatifs !

Bravo les artistes ! La démonstration est claire et édifiante.

Pire encore : depuis le début des grandes turbulences financières, i.e. le 1° trimestre 2008, les Américains auront produit finalement 7,2 % de valeur supplémentaire par rapport à ce qu’ils produisaient auparavant (pendant une période) alors que les Français viennent seulement de rattraper leur niveau atteint en 2008, d’après les chiffres officiels de l’Insee,

Document 2 :

Compte tenu de l’augmentation de la population, les Français se sont donc appauvris en 6 ans alors qu’ils étaient nettement plus performants que les Américains pendant les 30 Glorieuses, ou du moins de 1950 à 1982, l’Insee ne produisant pas les chiffres du PIB avant 1949,

Document 3 :

Ce graphique s’interprète de la façon suivante : avec un indice 100 du PIB réel au 1° trimestre 1950, les Français ont atteint un indice 426 ce qui signifie qu’ils ont produit 326 % de valeur supplémentaire fin 1982 par rapport à ce qu’ils produisaient en 1950 alors que les Américains ont atteint un indice 311 fin 1982, ce qui signifie qu’ils ne créaient que 211 % de valeur supplémentaire(en un trimestre par exemple) par rapport à ce qu’ils produisaient en 1950.

Le décrochage de la France après le début des grandes turbulences financières, c’est à dire depuis 2008 et surtout depuis 2011, est historique !

Il montre bien que la vieille Europe ne peut pas se relever après les chocs produits par les Américains qui l’auront ainsi affaiblie considérablement, mais ils auront été aidés par ces idiots d’Euro-zonards eux-mêmes qui leur auront facilité la tâche.

Au final, les Américains ont augmenté leur richesse produite de 667 % par rapport à celle qu’ils produisaient en 1950 alors que cette augmentation n’a été que de 621 % à cause de la politique encore plus antilibérale qui est menée depuis ces dernières années.

Tout est simple.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 février 2014 3 12 /02 /Fév /2014 18:45

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Les mécanos de la Générale, 4° trimestre 2013 : sanctionnés par l’AMF !

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 février 2014 2 11 /02 /Fév /2014 16:33

AMF

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : AMF

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques françaises

 

Pour information, je signale aux personnes qui lisent mon site, que mes conseils, Maitre Emmanuel TINLAND et Maitre Vlad POPESCOT, avocats au Barreau de Paris, ont interjeté appel de la décision prise le 7 novembre 2013 par la Commission des Sanctions de l’AMF à l’encontre de MM Jean-Pierre CHEVALLIER et Mike Shedlock.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 février 2014 2 11 /02 /Fév /2014 16:23

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : La Générale en faillite potentielle !

 

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 février 2014 2 11 /02 /Fév /2014 15:43

 

Cliquer sur le lien pour lire normalement cet article sur on site et pour les commentaires : Barclays PLC 4° trimestre 2013

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques Européennes, Leverage

 

Barclays fait partie des banques systémiques mondiales (SIFIs, Systemically Important Financial Institutions).

Elle est en cours de sauvetage par Antony Jenkins qui la dirige depuis fin août 2012…

En effet, son multiple d’endettement réel (sans pondérer les actifs !), mon µ, le leverage en anglais, qui était encore de… 40 au 1° semestre 2013, ce qui correspond à un ratio Core Tier 1 réel de 2,5 % catastrophique, est tombé à 30,6 à la fin du 4° trimestre 2013 soit un ratio Core Tier 1 réel de 3,3 % grâce à une augmentation des capitaux propres de 5,840 milliards de livres par rapport au trimestre précédent et une baisse des dettes de… 287 milliards par rapport à la fin du 1° trimestre 2013 !

Document 1 :

 

 

 


Sommes en milliards de livres.

 

Antony Jenkins a manifestement bien compris qu’il fallait impérativement restaurer un leverage donnant une image fidèle de la réalité et acceptable car la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni retient la méthode préconisée par ce bon vieux Greenspan, la BRI et Axel Weber, c’est-à-dire avec des capitaux propres sans les minoritaires ni les actions de préférence et sans pondérer les actifs de façon folklorique comme le font les autres banques européennes,

Document 2 :

Les actions de préférence ne sont mentionnées que dans les annexes,

Document 3 :

Antony Jenkins va poursuivre la même politique de façon à augmenter de 78 milliards de livres les capitaux propres pour respecter les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage inférieur à 10, avec une diminution de l’activité, donc des dettes et 15 000 suppressions des postes prévues sur les années 2013-2014 !

La destruction est nécessaire pour pouvoir ensuite créer sur des bases saines des entreprises pérennes, dixit Schumpeter.

Les fondamentaux des big banks too big to fail européennes, y compris celles du Royaume-Uni, qui étaient dans une situation potentiellement catastrophique, surtout à cause des erreurs de gestion de leurs banksters et de l’ignorance de la population en matière bancaire, doivent être impérativement restaurés pour que la croissance reparte, ce qui ne peut se faire qu’en prenant des décisions aux conséquences présentement douloureuses, mais indispensables, sinon, ce serait pire encore plus tard.

Cliquer ici pour lire les résultats de Barclays PLC d’où sont tirées ces données.

Barclays PLC 2012 Q4 2013 Q1 2013 Q2 2013 Q3 2013 Q4
1 Assets 1 488,34 1 596,12 1 532,73 1 404,84 1 312,27
2 Equity 50,615 52,14 51,083 49,436 55,385
3 Preferred st 6,203 6,197 6,171 6,151 6,131
4 Goodwill 7,915 7,623 7,583 7,556 7,685
5 Tangible eq 36,497 38,32 37,329 35,729 41,569
6 Liabilities 1 451,84 1 557,80 1 495,40 1 369,11 1 270,70
7 Leverage (µ) 39,8 40,7 40,1 38,3 30,6
8 Tier 1 (%) 2,5 2,5 2,5 2,6 3,3
Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 février 2014 5 07 /02 /Fév /2014 18:14

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Gos banques : ça va mal en février !

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques françaises

 

Ça va de plus en plus mal pour nos Gos banques : elles ont été obligées d’augmenter leurs emprunts à la Banque de France de 37,7 milliards depuis le 6 janvier au titre des certificats de dépôt qui atteignaient 304,540 milliards d’euros hier jeudi 6 février, dernier chiffre publié,

Document 1 :

La nomenklatura des Gos banques avait réussi à donner l’illusion d’un rétablissement en 2013 mais la barre critique des 300 milliards vient d’être franchie,

Document 2 :

Les mécanos de la Générale ont emprunté de 2,6 milliards d’euros supplémentaires pour survivre hier ! … etc.

Document 3 :

BNP a une ardoise de 36,7 milliards, plus de 38 milliards pour BPCE-Natixis, 20,6 milliards pour les mécanos de la Générale et… beaucoup pour les péquenots du Crédit qui bricole,

Document 4 :

Les Français ne se rendent pas compte de l’énormité de ces sommes !
Par ailleurs, les Marioles de la BCE fournissent à nos Gos banques un certain nombre de milliards d’euros en toute discrétion (les chiffres et les noms des établissements ne sont pas communiqués).
La vie est belle pour les banksters ! … qui n’ont pas confiance en eux comme le montrent ces chiffres, alors que, curieusement, leurs clients ignares leur font confiance, pour le moment du moins.
L’annonce de la fin des rachats mensuels de 85 milliards de dollars de titres par la Fed provoque un choc qui aura des effets inattendus.
Les personnes qui lisent mes articles auront peut-être été les premières à être informées, dès le début, d’un point important des futures grandes turbulences possibles
.

Cliquer ici pour voir les chiffres de la Banque de France d’où sont tirées ces données.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 février 2014 5 07 /02 /Fév /2014 17:43

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Smith, Schumpeter, Greenspan et B-2

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, France

 

La richesse des nations (et de leurs habitants) chère à Adam Smith dépend des gains de productivité qui se manifestent par la destruction créatrice de Schumpeter : les entreprises qui innovent détruisent celles qui ne s’adaptent pas à ces innovations qui sont donc le moteur de la croissance, de la richesse et des emplois qui en suivent.

Ce bon vieux Greenspan le rappelait toujours. Pour lui, l’essentiel était que les Américains soient toujours à la pointe des inventions et de l’application des techniques nouvelles.

Les gains de productivité fluctuent autour de 2 % par an avec de fortes variations à court terme…

Document 1 :

… avec une tendance inquiétante à la baisse depuis quelques années,

Document 2 :

L’ordonnancement logique entre les gains de productivité et la croissance a été perturbé depuis le début de ce XXI° siècle,

Document 3 :

Le nombre d’emplois créés aux Etats-Unis depuis l’après-guerre a tendance à progresser par vagues successives sur une tendance longue régulière,

Document 4 :

Ce bon vieux Greenspan a été très gentil en limitant les grandes turbulences de façon à créer beaucoup d’emplois, trop par rapport à la tendance longue.

Le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, a été chargé de rétablir les fondamentaux pour que l’Amérique garde son leadership : il a créé de grandes turbulences qui ont détruit les emplois superflus.

Aux derniers chiffres publiés ce jour, le total des emplois est encore inférieur à ce qu’il a été fin janvier 2008 !

Document 5 :

Le PIB réel a augmenté de 7,2 % en 6 ans avec 1 million d’emplois en moins, ce qui montre que des gains de productivité importants devaient être réalisés.

Le taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur n’est que de 3,2 %, ce qui signifie que la croissance peut difficilement être supérieure au rythme actuel.

Quelques petites remarques…
142 000 nouveaux emplois ont été créés dans le privé, 29 000 emplois publics ont été supprimés… aux Etats-Unis bien sûr, pas en France.

Les créations d’emplois sont la résultante de la croissance qui dépend de la destruction créatrice, c’est-à-dire des innovations, des gains de productivité.

Créer des zemplois aidés, limiter les suppressions d’emplois dans les entreprises et le secteur public ne font qu’accentuer et aggraver la crise.

C’est simple. Tout est simple.

Cliquer ici pour lire le dernier rapport officiel sur l’emploi aux Etats-Unis.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 février 2014 4 06 /02 /Fév /2014 18:22

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Crédit Agricole, leverage et l’OCDE

Cliquer ici pour lire l’étude de l’OCDE pour les banques européennes.
Cliquer ici pour lire ma dernière analyse sur Crédit Agricole.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 février 2014 4 06 /02 /Fév /2014 11:06

 

Cliquer sur le lien pour lire cet article sur mon site et pour les commentaires : Mauvais spéculateurs…

 

Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Etats-Unis, Europe, France

 

L’écart entre les rendements des mauvais bons du Trésor français et ceux du Bund continue à augmenter en février car les Gos banques sont de plus en plus en difficulté dans un euro-système contre nature, intenable.

L’écart entre les rendements des mauvais bons du Trésor français et ceux du Bund a atteint 36,2 % hier mercredi 5 février en fin de séances européenne et américaine, d’où ces grands écarts !

Document 1 :

Ce brusque va et vient est très important par rapport à ce qui s’est passé depuis les turbulences de 2007. La situation peut très vite se dégrader dangereusement,

Document 2 :

Comme j’en ai déjà émis l’hypothèse, le désordre croissant dans la zone euro permet aux rendements des Notes de baisser, surtout sur celles à 10 ans, ce qui fait baisser l’écart par rapport aux rendements des Notes à 2 ans,

Document 3 :

La panique créée par le risque de tsunami bancaire dans la zone euro est exactement ce qu’il faut pour que le fameux tapering se fasse en douceur, spontanément, et pour que le cycle initié par la Fed soit cassé, ce qui est la situation idéale pour les Américains qui bénéficient de fondamentaux rétablis et d’une bonne perspective de croissance, ce qui justifie la remontée de l’écart entre le 10 ans et le 2 ans,

Document 4 :

Pour l’instant, tout va bien.

Par CHEVALLIER
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés